Une nouvelle voix pour notre territoire !

Compte administratif : l’autofinancement net est donc en baisse de 30% !

OB
Intervention de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal, sur le Compte Administratif 2017 de la ville de Lunel lors du Conseil municipal du 28 mars 2018

Ce compte administratif (CA) 2017 fait apparaître une situation comptable qui se dégrade, plus encore qu’en 2016.

Les recettes…

C’est la seconde année que nous enregistrons une baisse des recettes si l’on compare au CA précédents. C’est d’autant plus inquiétant que cela arrive alors que le produit fiscal des taxes foncières est toujours en hausse. Mieux, en raison de taux anormalement élevés à Lunel et malgré une population très modeste économiquement, vous arrivez à prélever plus que les autres communes de la même strate.

Ainsi, le produit fiscal par habitant s’établit à 666 euros à Lunel (chiffre ô combien diabolique) alors qu’il n’est que de 607 euros pour les autres communes de la même strate. Résultat de ces ratios et de ces moyennes : Vous surimposez, de façon importante, les quelques Lunellois qui paient des impôts locaux !

Ainsi, après exécution du budget, i.e. par rapport au Budget Primitif (BP) 2017, les recettes réelles de fonctionnement sont en réalité en hausse de 0,2% (186 000 euros).

Du côté des dotations…

On notera au passage une nouvelle hausse de 7,2% de la Dotation de Solidarité Urbaine, après les 16% de 2016 et les 24% de 2015 ainsi que la hausse de 31% des compensations d’exonérations fiscales. Par ailleurs, si la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) baisse de 327 000€ (ce qui est à peu près équilibré par les hausses précédentes), je remarque que le ratio, lui, augmente. En effet, au Budget Primitif 2017, la Dotation Globale de Fonctionnement par habitant était de 258€, alors qu’elle est aujourd’hui de 262€ par habitant pour Lunel. Et c’est bien supérieur à celle des autres communes de la même strate qui n’ont que 211 € DGF/hab.

Quant aux dépenses réelles de fonctionnement, malgré la nouvelle chute des intérêts de la dette de 7% (baisse de 11% l’an passé), elles sont en hausse de 1,5% par rapport au BP 2017 et de 1,9% par rapport au CA 2016. Vous n’avez donc pas contenu les dépenses réelles de fonctionnement, vous ne les maîtrisez pas.

Ainsi, dans le détail du Compte administratif, on s’aperçoit par exemple :

– Ligne 6227, que les frais d’actes et de contentieux sont de 72 463,92€ alors que vous n’aviez ouvert que 30 000 euros de crédits. Vous avez donc doublé les frais d’actes en les augmentant de 42 000 euros.

-De même, ligne 6232, les frais de cérémonies augmentent de 20 635 euros,

– Ou encore, ligne 6257, les réceptions passent de 33 000 à 47389,50€ soit 14 000 euros d’augmentation.

Je rappelle que le Gouvernement a fixé un cap de bonne conduite à ne pas dépasser qui se situe entre 1,2% et 1,4%. Vous êtes allègrement au-dessus !

Cette augmentation de 1,9% des dépenses réelles de fonctionnement est donc supérieure à l’inflation enregistrée en 2017. Ainsi, les dépenses de personnel qui représentent 59% des dépenses réelles de fonctionnement sont toujours supérieures, non plus de 3 points comme c’était le cas les années précédentes, mais de 6 points à celle des communes de strate identique (53%). Car, entre-temps, les autres communes ont fait des économies. Elles ont, par exemple, mutualisé. Monsieur le Maire, il faudrait que vous en parliez très sérieusement au Président de la Communauté de communes car cela ne peut plus durer. Quand la commune dépense 10 euros, 6 euros concernent les seules dépenses de personnel. Ce n’est plus possible.

Monsieur le Maire, dans ce domaine comme dans celui des taux d’imposition, au bout de 17 ans de mandat, on ne peut plus parler d’héritage Barral. Dans ce cas, on ne peut parler que de continuité politique.

Pour les dépenses d’investissement, le BP 2017 avait inscrit 15,8M€ : vous arrivez à 13,6 millions – 2,2 millions d’euros sont passés à la trappe.

C’est toutefois légèrement plus que l’an passé, mais beaucoup moins qu’en 2013.

Pour le CA 2016, les arènes représentaient 37,5% du montant des investissements. Cette fois-ci les arènes représentent plus de 40% des investissements. Dans un contexte budgétaire contraint par l’Etat et un contexte où la croissance peine à repartir, cela laisse rêveur. J’ai personnellement beaucoup de mal à comprendre vos priorités.

Pour conclure, constatons l’amplification de la dégradation de la situation comptable. Pour ce faire, il suffit de regarder l’évolution de l’autofinancement.

L’autofinancement brut était de 6,2M€ au CA 2015, de 5,5M€ au CA 2016, il n’est plus que de 4,5M€ au CA 2017. C’est une lente mais constante dégradation.

De même, l’autofinancement net était de 3,9 au CA 2015, de 3,4 au CA 2016, il n’est plus que de 2,4 au CA 2017.

L’autofinancement net est donc en baisse de 30% de 2016 à 2017 et accuse une perte de 1 million d’euros.

Oui, moi cela me désole. L’autofinancement me désole, Monsieur Larribet. Vous, êtes-vous heureux ? La prise financière de la dette se resserre sur nos finances et nous étouffe un peu plus.

Le volume d’endettement passe ainsi de 24,4M€ à 26,4M€.

2 millions d’euros de plus de dette cette année, alors que vous n’aviez inscrit qu’un million supplémentaire d’emprunt au BP 2017. Nous sommes entrés dans une spirale infernale.

De façon corrélative, le niveau d’endettement de la commune est passé de 3,9 années d’autofinancement brut au CA 2015 à 4,4 années d’autofinancement brut au CA 2016 pour arriver à 5,9 années. Vous avez réussi le tour de force d’ajouter deux années, soit un tiers de temps supplémentaire, en seulement deux ans. Sans être encore dans le rouge, vous entrez doucement mais sûrement au niveau « orange » de l’alerte des finances publiques.

Ainsi, chaque habitant de Lunel était endetté à hauteur de 966€ au 1er janvier 2017. Chaque habitant est, depuis le 1er janvier 2018, endetté à hauteur de 1048€.

Comparée aux autres communes de la même strate, notre situation est plus grave encore. Vous annoncez des chiffres en valeur absolue, je préfère les valeurs relatives car elles ont le mérite d’être plus justes, plus sincères.

Au CA 2016, notre encours de la dette sur les recettes réelles de fonctionnement était de 73%, lorsque le même ratio pour les autres communes de la même strate était de 75%. Aujourd’hui, le CA 2017 nous enseigne que nous venons d’inverser cette position sur la dette. Nous sommes aujourd’hui plus endettés, comparativement, que les autres communes de la même strate. Ainsi, nous bondissons à 78%, soit 5 points de plus, quand les autres communes baissent de 4 points pour arriver à 71%.

Dans ces conditions et après la description que je viens de faire de cette profonde dégradation, nous voterons contre le compte administratif 2017.

Auteur : Avec Julia Plane, Lunel fait front 2014

Candidate et tête de liste Front National (FN) et Rassemblement Bleu Marine (RBM) pour les prochaines élections municipales en 2014 à Lunel.

Les commentaires sont fermés.