Au service des Lunellois !

Vote du taux des taxes à Lunel : le Maire désavoué par le Conseil municipal !

Communiqué de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de Lunel

Hier soir, le bon sens et la responsabilité l’ont emporté sur le laisser-aller fiscal qui plombe Lunel depuis plus de trente ans.

Chaque année, le Conseil municipal maintien en effet des taux de taxes locales[1] particulièrement élevés devenus insupportables pour les Lunellois. Cette année encore, le maire a proposé de reconduire ces taux prohibitifs pour 2019.

Mais cette année, quelque chose a changé.

Les cinq élus du Rassemblement National ont enfin été entendus. La moitié des élus de la majorité (13 sur 26) se sont joints à nous pour refuser de continuer le racket fiscal des Lunellois. C’est donc par 18 voix « contre » que la délibération du Maire a été rejetée.

Quel camouflet pour Claude Arnaud, mais quelle inconsistance de la part des frondeurs qui ont soutenu pendant des années toutes ses décisions budgétaires et financières !

Il était temps ! Car voilà des années que je dénonce avec régularité la pression fiscale anormalement élevée[2] que la majorité municipale fait subir aux contribuables de Lunel. Les taux des prélèvements locaux sont en effet parmi les plus élevés de France et de l’Hérault.

Augmentés de 3% entre 2002 et 2005 par la majorité, ils n’ont plus baissé depuis[3], alors que d’autres communes du pourtour méditerranéen, gérées par des maires RN[4], sont parvenues à les réduire.

Est-ce l’approche des élections municipales qui a poussé une partie de la majorité à mettre Claude Arnaud en minorité ? Je préfère plutôt croire que c’est la constance – saluée par le maire lui-même – avec laquelle nos élus défendent les solutions de bon sens du Rassemblement National, qui ont permis ce revirement.

Grâce à ce succès, les impôts locaux devraient enfin baisser pour la première fois dans l’histoire de notre commune !

[1] Il s’agit de la taxe d’habitation (TH), de la taxe sur le foncier bâti (TFB) et de la taxe sur le foncier non-bâti (TFNB).

[2] 39,10% sur le foncier bâti, le 2e plus élevé de l’Hérault.

20,94% pour la taxe d’habitation (sans compter les 10,9% de la CCPL), parmi les 5 taux les plus élevés du département.

[3] La Chambre Régionale des Comptes l’a également observé et analyse que « depuis plusieurs années, la stratégie fiscale de la commune repose sur une stabilité de taux élevés (depuis 2004) et une croissance continue des bases. Les taux sont plus élevés que ceux de la strate de référence ».

[4] Béziers :                                                                          Beaucaire :                                          Fréjus :

– Taux de TH : 19,53 %                                    – Taux de TH : 14,35 %                                 – Taux de TH : 14,34%

– Taux de TFB : 26,54 %                                  – Taux de TFB : 26,05 %                               – Taux de TFB : 20, 45%

– Taux de TFBN : 60,06 %.                              – Taux de TFBN : 52,10 %.                           – Taux de TFBN : 30%.

 

Lire l’intervention de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de Lunel, sur le vote des taux des 3 taxes ménages pour 2019 lors du Conseil municipal du 27 mars 2019

 

Monsieur le Maire,

Cette délibération sur les taux des 3 taxes est une exigence démocratique. Nos concitoyens, à travers leurs représentants, doivent consentir à l’impôt. Pour ce faire, l’impôt doit être juste, il ne doit pas être confiscatoire, et le produit – soit l’argent public – doit être employé à bon escient. La crise sociale dans laquelle le pays est enfermé depuis le 17 novembre, cette colère exprimée par les manifestations de Gilets Jaunes est là pour nous le rappeler, pour nous rappeler que le taux de prélèvement obligatoire dans notre pays est le plus élevé au monde (Il est exactement de 47,7% du PIB selon Eurostat en 2018).

Et « en même temps », comme dirait Macron, depuis les années 90, les responsables politiques français n’ont eu de cesse d’ouvrir notre pays aux 4 vents mauvais de la globalisation, n’hésitant pas à détruire nos frontières protectrices sur les plans économique, social et environnemental, pour mieux imposer à nos concitoyens la compétition mondiale. Bref, nous devons faire le cent mètres avec un boulet fiscal démesurément lourd. Résultat, les Français s’essoufflent, ils s’appauvrissent. C’est ce cri de colère que l’on entend sur les ronds-points, le râle de ceux qui refusent de mourir en silence.

Dans ce contexte et pour la quinzième année consécutive, vous avez décidé de maintenir les taux de ces 3 taxes au niveau le plus élevé.

Je vous rappelle ce que disait la Chambre Régionale des Comptes à propos des taux à Lunel lors de ses dernières observations : « Depuis plusieurs années, la stratégie fiscale de la commune repose sur une stabilité de taux élevés (depuis 2004) et une croissance continue des bases. Les taux sont plus élevés que ceux de la strate de référence ». Ce n’est pas nous qui disons cela, c’est la Chambre Régionale des Comptes. C’est la CRC qui parle de taux élevés. Dans son langage policé, cela signifie qu’ils sont prohibitifs.

Depuis que vous êtes aux responsabilités, les taux ont augmenté de 3% pendant les trois premières années. Vous avez ensuite maintenu ces taux élevés pendant 15 ans. Certains d’entre eux sont aujourd’hui à un niveau insupportable. Je pense notamment à la taxe sur le foncier bâti qui est à 39,10%, soit l’une des plus importantes de France, et la 2e taxe la plus élevée de l’Hérault, derrière Sète. Il en est de même pour la taxe d’habitation qui, avec 20,94% (sans compter les 10% de la CCPL), place Lunel dans le Top 5 de tête des villes héraultaises.

Après 18 ans de pouvoir, on ne peut plus parler d’héritage. Vous auriez dû baisser la taxe sur le foncier bâti afin de retrouver un taux plus vertueux, plus attractif. Nous le savons, la commune de Lunel a perdu des habitants ces dernières années. C’est ce qui explique notamment que, pendant ce mandat, nous n’avons pu atteindre la barre des 50 000 afin de passer en agglomération. Ainsi, nous avons rétrogradé d’une place au palmarès démographique héraultais, puisque nous sommes passés de la 4e place à la 5e place, derrière Agde.

Le taux confiscatoire de foncier bâti est aussi l’une – pas la seule certes – des raisons qui expliquent cela. C’est un frein à la fois démographique et économique, qui asphyxie lentement mais sûrement la ville.

D’autres communes ont fait le choix de baisser les taux des taxes pour rendre du pouvoir d’achat à leurs concitoyens. C’est le cas des communes dirigées par le Rassemblement National. A Béziers, la municipalité a baissé – d’un seul coup en début de mandat – les taux de 4 points. A Beaucaire, les taux diminuent plus lentement mais sûrement depuis le début du mandat. Il faut dire que dans ces deux villes, les taux d’imposition sont beaucoup plus modestes.

A Béziers :
– Taux de Taxe d’habitation : 19,53 %
– Taux de taxe foncière bâti : 26,54 %
– Taux de taxe foncière non bâti : 60,06 %.

A Beaucaire :
– Taux de Taxe d’habitation : 14,35 %
– Taux de taxe foncière bâti : 26,05 %
– Taux de taxe foncière non bâti : 52,10 %.

A Fréjus, autre commune du pourtour méditerranéen dirigé par le RN, le Maire a fait le choix de maintenir les taux oui, mais des taux bas alors que la population de la ville dépasse les 50 000 habitants.
· Taxe d’habitation : 14,34%
· Taxe foncière (bâti) : 20, 45%
· Taxe foncière (non bâti) : 30%.

Pendant 15 ans, Monsieur le Maire, vous aviez la possibilité de baisser les taux de façon indolore et progressive pour les comptes de la commune, mais de façon continue et réelle pour le contribuable. Vous ne l’avez pas fait.

C’est la raison pour laquelle notre groupe votera CONTRE cette délibération, car vous auriez dû les baisser au moins de 3%, qui est le pourcentage dont vous les avez-vous-même aggravés.

Auteur : Avec Julia Plane, Lunel fait front 2014

Candidate et tête de liste Front National (FN) et Rassemblement Bleu Marine (RBM) pour les prochaines élections municipales en 2014 à Lunel.

Les commentaires sont fermés.