Au service des Lunellois !


A Lunel, l’imprégnation islamiste est une réalité : ne nous voilons pas la face !

Communiqué de presse de Julia PLANE, Conseillère municipale de Lunel, Conseillère régionale d’Occitanie

Un journaliste, originaire de Lunel, vient de publier avec un de ses confrères une enquête, « Le chaudron français », sur la radicalisation islamiste gangrenant la cité Pescalune depuis plusieurs décennies, en pointant notamment la responsabilité des dernières équipes municipales.

Communautarisme, délinquance, abandon des politiques d’assimilation, hypocrisie des partis de gauche… Les constats implacables mais tristement réels du journaliste Jean-Michel Décugis sont établis depuis des années par le Front National. Les pouvoirs publics nationaux et locaux, de droite comme de gauche, ne peuvent se départir de leurs responsabilités : leur complaisance, leurs arrangements électoralistes, leur laxisme ont creusé le terreau de l’islam radical dans de nombreuses communes du pays. A Lunel, ils ont, bel et bien, acheté une paix sociale illusoire !

Ce n’est pas le langage de vérité qui nuit à Lunel mais bel et bien ces cohortes de djihadistes qui partent combattre sous la bannière de l’État islamique et qui font de notre ville une pépinière d’islamistes !

La campagne de communication comme les cris d’orfraie du maire de Lunel n’y changeront rien. Ne nous voilons plus la face. Nous incitons les Lunellois à faire confiance au Front National, seul parti à apporter les bonnes réponses face au fardeau que subit Lunel : retour à une politique d’assimilation, fin de l’immigration massive, expulsion définitive des fichés S étrangers et binationaux, fermeture des mosquées radicales, restauration des contrôles aux frontières nationales.


Valeurs Actuelles : « Lunel aux mains de l’Etat Islamique »

Revue de presse : Article de Valeurs Actuelles du 5 novembre. Merci de cliquer sur les images pour les lire dans de bonnes conditions.

EI1 EI2


Contrat de ville : « le tonneau des danaïdes »

Guillaume Vouzellaud

Intervention de Guillaume Vouzellaud sur le contrat de ville lors du conseil municipal de Lunel du jeudi 15 octobre 2015

Monsieur le Maire,

Comme mes collègues, je n’ai pas reçu le contrat de ville à proprement parler sur lequel vous nous demandez de nous prononcer. S’il est consultable en mairie aux heures ouvrables, je vous rappelle que nous travaillons pendant ces mêmes heures. Dans la délibération, nous n’avons qu’une liste de vœux pieux et une liste de signataires. En revanche, nous ne connaissons ni les montants ni les caractéristiques de ce contrat.

Or, les nouveaux contrats de ville n’ont de nouveaux que le nom, car, en réalité, ils s’appuient sur les mêmes poncifs qui ont présidé à la mise en œuvre de la « politique de la ville » depuis près de 40 ans : lutter contre les inégalités territoriales, favoriser la mixité sociale, assurer la paix et la sécurité des territoires. Le 5 février dernier, un article du Monde soulignait l’échec de quarante années de Politique de la Ville et reconnaissait une augmentation du chômage comme de la pauvreté sur ces mêmes zones.

S’il est bien une action publique qui s’apparente au tonneau des Danaïdes, c’est bien celle de la politique de la ville, qui, sous la gauche comme sous la droite, se caractérise par un gaspillage d’argent public doublé d’une multitude d’intervenants et de couches successives de dispositifs, pour obtenir in fine une absence de résultats, au regard notamment d’une délinquance qui gangrène chaque année un peu plus les cités et les villes dites « sensibles ». Lire la suite


1 commentaire

Non au million d’euros de la Région de Midi-Pyrénées débloqué pour les migrants !

5Communiqué de presse de Louis Aliot, tête de liste FN/RBM pour la Région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, Député français au Parlement Européen du grand Sud-Ouest

Les nôtres avant les autres, c’est ce vieil adage qu’a une nouvelle fois oublié la majorité socialo-communiste du Conseil Régional de Midi-Pyrénées.

En effet, lors de la dernière commission permanente, alors même que notre grande région ne manque pas de nos compatriotes en situation difficile, le président actuel et sa majorité ont débloqué 1 millions d’€ au profit des migrants dont 800 000 € pour favoriser leur accueil, leur hébergement, leur éducation et leur soin.

Cette préférence étrangère surtout envers des populations arrivées clandestinement en France n’est plus acceptable. Il est temps, chez nous, que les nôtres soient les mieux traités.

Au-delà du coût pour la collectivité, c’est accepter demain, comme le fait le gouvernement socialiste, une migration massive dont les 500 000 migrants arrivés en Europe, depuis le début de l’année 2015, ne sont que l’écume et qui déstabilisera notre pays, notre région Midi-Pyrénées et ses territoires y compris ruraux.

Or notre Région, nos campagnes n’ont pas besoin de migrants mais de davantage d’activités économiques, de solidarités auxquels aurait pu, aurait dû contribuer ce million dépensé à tort.

Afin qu’un tel scandale cesse, que les fonds régionaux soient utilisés au seul profit de nos concitoyens, il est temps de renvoyer la majorité régionale actuelle, sanctionnant par la même le gouvernement socialiste, et de confier la gestion de notre région au Rassemblement Bleu Marine.


Avec votre argent !

Tribune politique de Lunel Fait Front à paraître dans le «Lunel Infos» d’octobre 2015

Le débat sur les migrants qui agite toute l’Europe aura-t-il lieu dans le Lunellois ?
Les maires de St-Christol et de Lunel-Viel ont déjà fait le choix idéologique d’accueillir des migrants alors que 90% d’entre eux le sont pour motifs économiques utilisant le droit d’asile comme une nouvelle filière d’immigration clandestine. Qu’en pense la population du Lunellois en quête d’hébergement d’urgence ou de logement social ? A première vue, ces maires s’en fichent.

Dans ces conditions, il est à craindre que lors des Conseils de notre ville et du Pays de Lunel prévus fin septembre, cette question soit à l’ordre du jour.

Or, avec plus de 20% de chômeurs (10% en France), avec un taux de pauvreté à plus de 25% (14% au plan national), Lunel est une ville sinistrée.
Point n’est besoin d’ajouter de la misère à la misère existante.

Pour Vouzellaud, « Barral est l’homme du passé et du passif »

MeetingAliotML


Pays de Lunel 2015 : « Le Front National, c’est l’avenir »

TSTRECTO

TSTVERSO