Au service des Lunellois !


Un festival d’inorganisations et de déceptions !

Communiqué de presse de Julia Plane, Conseillère municipale de Lunel et Conseillère régionale d’Occitanie

Ce samedi 3 août 2019, le concert d’Aya Nakamura est venu clore la saison du « festival de Lunel ». À la lecture des commentaires accablants et quasi unanimes laissés sur les réseaux sociaux après ce dernier, on ne peut que constater l’échec patent de cette première saison : un vrai festival de médiocrité, d’inorganisation et parfois même… de propagande politicienne.

Artistes donnant des leçons de morale ou des consignes politiques à 3 jours du scrutin des élections européennes, chanteurs faisant preuve de vulgarité ou n’ayant aucun scrupule à faire payer des sommes indécentes pour 45 minutes de concerts… Rien n’aura été épargné aux Lunellois durant ce festival qui démontre une fois de plus l’incurie de l’exécutif municipal !

Car si la société prestataire Onze Productions a sa part de responsabilité dans ce fiasco, il est cependant utile de rappeler que tout a été fait avec la bénédiction du maire et sa majorité :
• Claude Arnaud et l’ensemble de sa majorité municipale ont approuvé sans l’avis du Conseil municipal le cahier des charges imposé au prestataire ;
• Claude Arnaud et l’ensemble de sa majorité municipale ont approuvé en Conseil municipal le choix de la société Onze production comme prestataire pour les spectacles, contre l’avis des 5 élus de « Lunel fait Front » qui ont pointé du doigt son inexpérience ;
• Claude Arnaud et l’ensemble de sa majorité municipale ont validé sans l’avis du Conseil municipal la programmation et tarification de la société Onze Production.

Résultat : sur douze concerts programmés à l’origine dans les arènes de Lunel, quatre ont été annulés faute de public et un autre déplacé à la salle Brassens. Quant aux sept restants, ils n’ont jamais réussi à remplir des arènes auxquelles le maire a pourtant jugé nécessaire d’ajouter 1 000 places supplémentaires – en plus de 3 000 existantes – afin d’y organiser plus de concerts…

La quantité a donc prévalu sur la qualité et la médiocrité sur la valeur artistique. L’issue de tels choix, dictés par l’orgueil d’un homme dépassé et le suivisme d’une équipe aveuglée, était prévisible. Nous en payons aujourd’hui tous le prix en termes d’image, avec une réputation à rétablir, encore.

Avec des arènes à plus de 13 millions d’euros dont le budget de fonctionnement dépasse le demi-million d’euros par an, le contribuable Lunellois mérite pourtant d’y bénéficier du plus haut degré d’exigence et de qualité dans la programmation. C’est ce que réclament les élus de l’opposition RN aujourd’hui, et ce qu’ils mettront en œuvre dans la majorité de demain.

Élections européennes : des Lunellois montrent l’exemple !

💪 Notre équipe était sur le terrain à Lunel aujourd’hui !

Pour une nouvelle Europe des nations et des libertés, #JeVoteBardella le 26 mai aux #Européennes2019 !


Vote du taux des taxes à Lunel : le Maire désavoué par le Conseil municipal !

Communiqué de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de Lunel

Hier soir, le bon sens et la responsabilité l’ont emporté sur le laisser-aller fiscal qui plombe Lunel depuis plus de trente ans.

Chaque année, le Conseil municipal maintien en effet des taux de taxes locales[1] particulièrement élevés devenus insupportables pour les Lunellois. Cette année encore, le maire a proposé de reconduire ces taux prohibitifs pour 2019.

Mais cette année, quelque chose a changé.

Les cinq élus du Rassemblement National ont enfin été entendus. La moitié des élus de la majorité (13 sur 26) se sont joints à nous pour refuser de continuer le racket fiscal des Lunellois. C’est donc par 18 voix « contre » que la délibération du Maire a été rejetée.

Quel camouflet pour Claude Arnaud, mais quelle inconsistance de la part des frondeurs qui ont soutenu pendant des années toutes ses décisions budgétaires et financières !

Il était temps ! Car voilà des années que je dénonce avec régularité la pression fiscale anormalement élevée[2] que la majorité municipale fait subir aux contribuables de Lunel. Les taux des prélèvements locaux sont en effet parmi les plus élevés de France et de l’Hérault.

Augmentés de 3% entre 2002 et 2005 par la majorité, ils n’ont plus baissé depuis[3], alors que d’autres communes du pourtour méditerranéen, gérées par des maires RN[4], sont parvenues à les réduire.

Est-ce l’approche des élections municipales qui a poussé une partie de la majorité à mettre Claude Arnaud en minorité ? Je préfère plutôt croire que c’est la constance – saluée par le maire lui-même – avec laquelle nos élus défendent les solutions de bon sens du Rassemblement National, qui ont permis ce revirement.

Grâce à ce succès, les impôts locaux devraient enfin baisser pour la première fois dans l’histoire de notre commune !

[1] Il s’agit de la taxe d’habitation (TH), de la taxe sur le foncier bâti (TFB) et de la taxe sur le foncier non-bâti (TFNB).

[2] 39,10% sur le foncier bâti, le 2e plus élevé de l’Hérault.

20,94% pour la taxe d’habitation (sans compter les 10,9% de la CCPL), parmi les 5 taux les plus élevés du département.

[3] La Chambre Régionale des Comptes l’a également observé et analyse que « depuis plusieurs années, la stratégie fiscale de la commune repose sur une stabilité de taux élevés (depuis 2004) et une croissance continue des bases. Les taux sont plus élevés que ceux de la strate de référence ».

[4] Béziers :                                                                          Beaucaire :                                          Fréjus :

– Taux de TH : 19,53 %                                    – Taux de TH : 14,35 %                                 – Taux de TH : 14,34%

– Taux de TFB : 26,54 %                                  – Taux de TFB : 26,05 %                               – Taux de TFB : 20, 45%

– Taux de TFBN : 60,06 %.                              – Taux de TFBN : 52,10 %.                           – Taux de TFBN : 30%.

 

Lire l’intervention de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de Lunel, sur le vote des taux des 3 taxes ménages pour 2019 lors du Conseil municipal du 27 mars 2019 Lire la suite

A l’an que ven !

IMG-1073


1 commentaire

NON au centre d’accueil de 30 clandestins à Lunel !

Question orale présentée par Julia Plane, relative à l’arrêté préfectoral autorisant la création de 30 places à Lunel pour l’accueil des clandestins, lors de la séance du Conseil municipal du 19 novembre 2018

 

Monsieur le Maire,

Par arrêté en date du 7 novembre 2018, Monsieur le Préfet de l’Hérault vient d’autoriser l’élargissement du centre d’accueil de clandestins « ELISA » en le passant ainsi à 115 places.
Les trente places supplémentaires, à notre grande surprise, vont être créer à LUNEL !

En tant que premier magistrat de la ville, je ne doute pas que vous ayez été informé de cette décision.

Monsieur le maire avez-vous protesté contre cet arrêté inique et dangereux pour notre territoire ? Comment pouvez-vous imaginez que les Lunellois vont accepter cet arrêté irresponsable, signé en catimini ?
Ou vont-ils être logés ?Dans des bâtiments publics ?
Quand vont-ils arrivés ? Lire la suite

21 septembre 2018 : rentrée politique avec Jean Messiha à Lunel !


1 commentaire

Formation des élus à Lunel : L’opposition municipale fait respecter ses droits !

Communiqué de Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de Lunel, Membre du Comité Central du Front National

Guillaume Vouzellaud, Conseiller municipal de la liste Lunel Fait Front, vient de gagner, en appel, le procès qui l’opposait à la Commune de Lunel, représentée par Claude Arnaud, concernant l’exercice du droit à la formation des Conseillers municipaux.

Ainsi, la Cour Administrative d’Appel de Marseille annule le jugement du tribunal administratif de Montpellier du 12 avril 2016 et la délibération du Conseil municipal de Lunel en date du 23 juillet 2014 relative à l’exercice du droit à la formation des membres du Conseil municipal. Dans son arrêt rendu le 5 février 2018, la Cour oblige également la commune de Lunel à verser la somme de 2 000 euros à l’appelant au titre des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

La Cour considère en effet que la délibération du 23 juillet 2014 précise que « la formation des membres du Conseil Municipal [soit] assurée […] pendant la durée du mandat par le centre de formation des maires et élus locaux (CFMEL) », ce dernier organisme recevant la totalité des crédits alloués. Pour la Cour, la désignation par le Maire d’un organisme ajoute donc une condition supplémentaire et restrictive aux termes de laquelle l’élu qui souhaite suivre une formation doit nécessairement recourir aux services du CFMEL. En restreignant ainsi la possibilité de choix de formation par la mise en place d’un organisme unique habilité à recevoir les demandes, le conseil municipal a, selon la Cour, entaché sa décision d’erreur de droit.

Guillaume Vouzellaud était donc bien fondé le 23 juillet 2014 en Conseil municipal à demander au Maire de retirer cette disposition qui contrevenait au droit individuel à la formation (doctrine abondante et constante) afin d’éviter aux contribuables Lunellois de payer les erreurs juridiques de leur Maire.

Claude Arnaud a jugé bon de se passer des conseils de l’opposition, affirmant même quelques semaines plus tard « qu’il pouvait bien attaquer ses décisions tant qu’il le souhaitait ».
La Cour Administrative d’Appel de Marseille vient non seulement de le rappeler à l’ordre mais aussi de faire œuvre de jurisprudence. Cet arrêt va ainsi mettre fin aux « pratiques locales » de nombreuses communes de l’Hérault qui réservent au seul CFMEL, le droit de former les élus. Plus largement en France, cet arrêt fait avancer la démocratie locale en sacralisant le droit INDIVIDUEL à la formation pour l’ensemble des élus d’opposition.